Le Progrès du 02.04.2015

Basket : les Ambarrois jouent leur survie ce week-end

5

Au terme d’une série de cinq victoires sur sept, depuis le début des matches retours, Ambérieu attend de pied ferme le dauphin de la poule Veauche qui sera ce samedi 4 avril, au Gymnase Cordier à 20 h 30. « En cas de victoire, nous prendrions une sérieuse option sur notre maintien. Ce week-end sera déterminant pour notre avenir. », explique Clément Lavergne, le coach

Le progrès du 14.04.2015

Basket : il faudra gagner samedi à Vénissieux !



























Clément Lavergne, entraîneur.  Photo André Couvert

·                                  

2

3

4

5

Ambérieu

Après une série de cinq victoires d’affilée, les basketteurs ambarrois ont buté contre la solidité de Sathonay et se sont fait coiffer au poteau (78-64) renouant du coup avec l’attente pour connaître le verdict sur leur fin de saison. Resteront-ils dans leur ligue actuelle, dont ils sont pensionnaires depuis 2006 ? Ou descendront-ils en ligue inférieure ? La question est indubitablement posée.

Pour Clément Lavergne, le coach ambarrois, la situation n’est pas encore tout à fait dramatique : « Il nous reste la solution d’aller chercher un ultime succès à Vénissieux ce samedi ou en cas de défaite, faire le point avec les équipes qui seront à égalité avec nous dans la poule. Nous bénéficions d’un meilleur point-average que Montbrison ou La Ricamarie, des clubs qui rencontreront des difficultés dans leur dernière étape, respectivement à Saint-Just-Saint-Rambert et aux Charpennes. »
lavergne clement.jpg

Le Progrès du 29.04.2015

Basket : les seniors filles joueront en DF1

Photo André Couvert

Photo André Couvert

4

5

 « Ça y est, c’est fait ! », s’exclamait Jean-Michel Chantereau, le coach des seniors filles à l’issue du dernier match, disputé à Saint-Rambert contre Albarine BC : les Ambarroises se sont imposées (82-38). « Je suis pleinement satisfait, poursuivait le coach, surtout au terme d’un match d’une correction exemplaire où nous n’avons eu que six lancers-francs à tirer, dont trois ont été transformés. »

Le Progrès du 29.04.2015

Ambérieu basket-ball veut faire ses preuves… en dehors des terrains

Bénévolat. Une cinquantaine de personnes se mobilisent pour les finales régionales de basket, qui se dérouleront du 1er au 3 mai, au gymnase Cordier. Pourtant, aucune équipe ambarroise n’est en lice pour disputer le titre.

2

3

4

5

C’est une première. Un « honneur », pour citer les bénévoles. Ambérieu basket-ball reçoit durant trois jours les finales régionales seniors et jeunes. 14 matchs, 28 équipes, 280 joueurs, sans oublier les supporters. De quoi donner du fil à retordre aux organisateurs ambarrois, qui sont sur le pont depuis le mois de mars.

Au total, une bonne cinquantaine de personnes mettent la main à la pâte, toutes bénévoles et motivées à 200 %, alors même que la cité bugiste ne s’est pas qualifiée pour ces finales.

150 à 200 personnes par match

« Chaque jour, nous serons une vingtaine de bénévoles présents sur le site, note Geneviève Chovet, présidente de Ambérieu basket-ball. Des membres du club, des parents, des époux. Sur un match, il y aura facilement 150 à 200 personnes à gérer. Ça va être dur mais on va y arriver ! »

Le club s’est porté volontaire auprès de la ligue Rhône-Alpes, qui a retenu la candidature ambarroise parmi toutes celle des clubs de l’Ain, pour recevoir l’événement. « On veut faire comprendre à la ligue que le club est impliqué », insiste Dominique Davy, auquel se rallie un Jean-Pierre Moro passionné : « Ce qui nous motive, c’est que le pôle d’Ambérieu gagne en reconnaissance car il est de plus en plus sollicité par la ligue. Et puis on répond toujours présent ! » Tous deux sont membres du conseil d’administration et, pour eux, c’était une évidence de s’impliquer dans l’organisation de pareil événement.

« Les gens sont plutôt dans une optique de consommation »

Geneviève Chovet, présidente de l’Ambérieu basket-ball

La préparation du gymnase, l’accueil des équipes, la buvette, l’encadrement des supporters, etc. Geneviève Chovet détaille l’organisation avec sérénité. Pourtant, motiver les troupes n’est pas si simple, car nombreux sont les bénévoles qui travaillent à côté et ne peuvent donc offrir qu’un temps limité. Cependant ce n’est pas la seule difficulté. « On aimerait que les joueurs s’investissent plus mais c’est compliqué car ils sont là seulement pour jouer. On n’est plus du temps où on avait l’amour du maillot. Les gens sont plutôt dans une optique de consommation. »

Y aurait-il eu plus de bénévoles si Ambérieu avait été représenté pendant les finales ? Peut-être. Mais chaque membre du club est réaliste quant au niveau du département. « L’Ain est d’un niveau moindre par rapport au Rhône ou à la Loire. Le basket est moins ancré dans la culture locale et il y a moins de licenciés », commente Geneviève Chovet. Ce à quoi Jean-Pierre Moro répond : « C’est dommage qu’on ne soit pas représenté mais nous n’avons pas de regrets car on ne prétendait à rien cette année. » Ils préfèrent voir le bon côté des choses : « Le fait de ne pas avoir d’équipe permet de se concentrer sur l’organisation. C’est LE gros événement de la saison. » Et Dominique Davy de conclure : « L’an prochain, pourquoi ne pas recevoir les finales nationales ! » (rires)

Caroline Chatelard



création de site internet avec : www.quomodo.com